Des travaux aux nécropoles d’Auberive, de la Ferme de Suippes et de Saint-Jean-sur-Tourbe

2 octobre 2014

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, confirme que les nécropoles nationales et les hauts lieux de la mémoire nationale demeure des vecteurs essentiels de la politique de mémoire de l’État. Une enveloppe de 11,04 M€ est prévue en 2015 pour leur entretien, leur rénovation et leur valorisation culturelle et touristique.
S’y ajoute une subvention de 0,2 M€ allouée à l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) pour apporter un soutien aux rénovations de
monuments aux morts engagées par les communes.
De fait, le ministère de la Défense entretient plus d’un million de sépultures perpétuelles, situées dans 265 cimetières militaires nationaux et 7 cimetières militaires étrangers en métropole, les cimetières concédés à l’étranger (un millier de lieux de sépulture répartis dans 78 pays, dont 234 cimetières importants) et plus de 2 000 carrés spéciaux des cimetières communaux.
En outre, il est toujours prévu dans le projet de la loi de finances pour 2015, la remise en état des cimetières nationaux de la guerre 1914-1918. Elle se déroule selon un programme pluriannuel qui prévoit la restauration, en métropole, de plus de 40 nécropoles et d’une douzaine de carrés communaux. Ce qui représente au total plus de 100 000 tombes et 66 ossuaires rénovés entre 2011 et 2018.
Pour 2015, sont prévues notamment la poursuite des travaux dans les cimetières de la première bataille de la Marne, la rénovation des nécropoles de la Ferme de Suippes, Saint-Jean sur Tourbe et Auberive (Marne), la fin de l’aménagement d’un parvis et d’un parking devant Notre-Dame de Lorette (Pas-de-Calais) et la restauration de divers carrés militaires.
De surcroît, une première phase de travaux sera lancée concernant les nécropoles qui sont proposées au titre des sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale (front Ouest) sur la liste du patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco.
Le ministère prévoit la réalisation de près de 300 panneaux d’information historique plus modernes et plus attrayants que ceux qui existent actuellement dans les nécropoles nationales a été engagée, afin de mieux les adapter à la demande des visiteurs. Ce marché, lancé en avril 2014 et établi pour une durée de quatre ans, doit équiper l’ensemble des nécropoles nationales d’ici à 2018.
À l’étranger, sont prévus en 2015 l’achèvement des travaux de restauration des sites en Macédoine, la poursuite de la rénovation des cimetières en Roumanie, Belgique, Italie et Madagascar, ainsi que la reprise, si les circonstances le permettent, du regroupement des tombes de garnison au Mali. Sur proposition des ambassades, plusieurs sites seront pris en compte, en Biélorussie, en Inde, en Hongrie et aux Comores indique encore le ministère de la Défense.

Budget 2015 : ce qui est prévu pour les Anciens combattants et la Mémoire de la Nation

2 octobre 2014

Voici les dix points essentiels qui composent dans le projet de loi de finances pour 2015 les moyens réservés au secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la mémoire pour agir en faveur de ses ressortissants.
1-Plus de 2,6 milliards d’euros en 2015 pour consolider les droits des anciens combattants, leur rendre hommage et renforcer le lien armée-Nation. Le budget pour 2015 des programmes de la mission interministérielle “Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation” placés sous la responsabilité du secrétaire d’État Kader Arif s’élève à 2 640 M€. Les dépenses d’intervention en faveur des anciens combattants représentent 96 % des crédits tandis que les dépenses de personnel sont regroupées à compter de 2015 au sein d’un seul programme budgétaire de la mission “Défense”.
2-Le maintien de l’ensemble des dispositifs de reconnaissance et de réparation et le renforcement des droits des anciens combattants. Le budget 2015 maintient l’ensemble des dispositifs de reconnaissance et de réparation au profit des anciens combattants dans un contexte budgétaire contraint. Traduisant une participation à l’effort de redressement des finances publiques, les dépenses d’intervention relatives à la dette viagère s’inscriront dans une tendance baissière liée à la diminution du nombre des bénéficiaires. Le Projet de loi de finances (PLF) 2015 intègre toutefois plusieurs mesures nouvelles ciblées qui renforcent les droits des anciens combattants, à la fois en faveur des publics les plus fragilisés (conjoints survivants, veuves des plus grands invalides, harkis) et au profit de la nouvelle génération du feu.
3-Un élargissement des critères d’attribution de la carte du combattant en Opex. Les militaires engagés en Opération extérieure (Opex) peuvent bénéficier de la carte du combattant depuis 1993. Les critères d’attribution de cette carte n’étant plus adaptés à la spécificité et à la nature variée des opérations extérieures, le PLF pour 2015 prévoit que la carte du combattant puisse être attribuée à tous les militaires ayant participé à une opération extérieure pendant au moins 4 mois. Cette mesure contribue à réaffirmer la reconnaissance de la Nation à l’égard des combattants de la nouvelle génération du feu et à renforcer le lien armée-Nation.
4-Un effort en faveur de l’action sociale de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG)
La politique sociale de l’ONAC-VG sera refondue en vue notamment d’améliorer la prise en charge des plus nécessiteux des ressortissants de l’Office. Le PLF pour 2015 prévoit à cet effet une dotation supplémentaire de 1,5 M€ par rapport à la Loi de finances initiale (LFI) pour 2014, pour un total de 23,4 M€. Cette refonte se traduira
dès 2015 par la mise en place d’une aide complémentaire spécifique aux conjoints survivants, se substituant à l’actuelle Aide différentielle en faveur des conjoints survivants (ADCS), qui leur permettra de bénéficier d’un revenu mensuel égal au seuil de pauvreté.
5-Un dispositif rénové en faveur des conjoints survivants des plus grands invalides de guerre
Le budget pour 2015 permet d’améliorer la situation difficile des conjoints survivants des plus grands invalides qui ont cessé ou réduit leur activité professionnelle afin de leur prodiguer des soins. Il prévoit ainsi une revalorisation de la majoration spéciale de pension des conjoints survivants de grands invalides de 50 points dès le 1er janvier 2015, puis à nouveau de 50 points en 2016 et abaisse la condition de durée de soins de 15 ans à 10 ans.
6-Une volonté réaffirmée de reconnaissance et de réparation en faveur des harkis
Le budget 2015 prévoit le maintien de l’ensemble des mesures en faveur des harkis et des rapatriés. Sa dotation de 19,4 M€, en progression de près de 9 % par rapport à 2014, marque l’engagement des pouvoirs publics à maintenir un financement de qualité des prestations. Elle intègre une revalorisation de l’allocation de reconnaissance de 167 €, soit un effort total de 1 M€, dans le cadre d’un plan d’action « Harkis » qui prévoit également d’aider les enfants de harkis
à obtenir une retraite complète.
7-Une meilleure prise en charge des militaires blessés
Assurer l’accompagnement et faciliter la réinsertion professionnelle des militaires blessés en opération ou en service demeure une des préoccupations fortes du ministère. Certains de ces blessés sont désormais équipés de prothèses de dernière génération. Une dotation de 1 M€ est reconduite en PLF 2015 pour permettre de poursuivre l’effort de prise en charge entrepris depuis l’an dernier.
8-La consolidation d’une politique de mémoire ambitieuse
Afin de poursuivre la séquence mémorielle exceptionnelle commencée en 2014 avec les célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale et du soixante-dixième anniversaire de la Résistance intérieure, de la Libération du territoire national et de la victoire contre le nazisme, la dotation budgétaire consacrée à la politique de mémoire est globalement stabilisée à 22,7 M€ en 2015. Alors que l’actualité commémorative concernant les deux conflits mondiaux restera très riche, le ministère consacrera un effort particulier à la rénovation et à la valorisation du patrimoine de pierre.
9-Un engagement spécifique au profit du tourisme de mémoire
Le tourisme de mémoire constitue un nouvel enjeu du ministère de la Défense et représente aujourd’hui l’un des axes privilégiés de la politique de mémoire. Il bénéficie d’un financement dédié en hausse de 10 % en 2015 qui sera employé à soutenir des projets structurants avec les collectivités territoriales en vue d’enrichir l’offre mémorielle et culturelle et à favoriser la structuration de la filière et le développement des synergies entre les acteurs.
10-Une JDC rénovée au coeur du lien armée-Nation
Troisième étape du « parcours de citoyenneté » prévu par le Code du service national, après l’enseignement de défense et le recensement, la Journée défense et citoyenneté (JDC) a pour objectif de développer une culture de défense et un discours partagé sur la sécurité afin de contribuer notamment au renforcement de la résilience du pays. Son budget 2015 permettra d’accueillir toute une classe d’âge scolarisée ou déscolarisée (environ 763 000 jeunes) dans le cadred’une JDC rénovée au volet défense renforcé.

2 octobre 1944 : les insurgés de Varsovie capitulent

2 octobre 2014

La situation en Pologne s’est beaucoup aggravée pour ceux qui se sont insurgés contre l’occupant et n’ont pas reçu l’appui qu’ils espéraient de l’Armée rouge. Cela s’achève par une tragédie. Complètement isolé et ne disposant plus de munitions, le général Borkomorowski signe le 2 octobre 1944 à 20 heures la capitulation des insurgés de Varsovie. La Résistance a eu 22 000 morts, blessés et disparus. Les Allemands enregistrent 10 000 tués, 9 000 blessés et 7 000 disparus. Près de 200 000 civils ont trouvé la mort.
Hitler qui n’a toujours pas digéré la révolution à Varsovie ordonne à ses officiers de mettre en place la déportation systématique de la population qui a survécu dans la métropole dévastée par les combat et demande que les immeubles encore debout soient systématiquement dynamité. Il faut que Varsivie ne soit plus selon le mot du Führer qu’un tas de pierres. La vengeance nazie est terrible et impitoyable. Hitler croit qu’il faut encore fait des exemples et terroriser les populations pour qu’elles n’adhèrent pas aux objectifs des groupes de résistance.

2 octobre 1944 : la ligne Siegfried nouvel objectif

2 octobre 2014

Sur le front italien, les 2e et 4e corps américains qui appartiennent à la Ve armée sont pratiquement stoppés à la fois sur le mont Catarelto et sur le mont Galletto. En Yougoslavie, dans la zone de Negotin, au sud de Turnu Severin, la LVIIe armée soviétique s’accroche au groupe allemand Serbia du groupe d’armées F du général von Weichs.
En Europe occidentale le 19e corps de la 1re armée américaine, après un violent bombardement de l’aviation et de l’artillerie lourde dirige la 30e division pour porter une attaque contre la ligne Siegfried qui est le mur défensif occidental du Reich entre Aix-la-Chapelle et Geilenkirchen. D’entrée les échanges sont très nourris entre les forces en présence.

2 octobre 1944 : le nouveau bilan aux îles Palau

2 octobre 2014

Dans l’océan Pacifique, un nouveau bilan est dressé par les Américains sur la situation aux îles Palau. A Peleliu, le 321e régiment d’infanterie US liquide les dernières petites poches de résistance japonaises dans l’île sur le mont Amiangal. Dans la zone du mont Umurbrogol, le 7e régiment de marines est toujours durement accroché par les forces nippones décidées à lutter jusqu’au dernier combattant. Sur Angaur, le 332e régiment d’infanterie suspend ses attaques meurtrières contre les Japonais qui se sont regroupés et se battent encore dans une zone réduite au nord-ouest de l’île. La place est laissée à l’artillerie qui entreprend un pilonnage systématique de la zone.
En Birmanie après la décision du cabinet militaire britannique, l’amiral Mountbatten ordonne de lancer dans les plus brefs délais l’offensive contre Mandalay alors que les autres opérations prévues sont reportées. Le commandement du secteur birman doit assuré la sécurité de la circulation aérienne entre l’Inde et la Chine et rétablir entre les deux Etats des communications terrestres sécurisées.

2 octobre 1914 : la Xe armée appelée au secours dans le Nord

2 octobre 2014

Alors qu’en Belgique le Conseil supérieur de Défense sous la présidence du roi se réunit et prend la décision de ne pas capituler et de ne pas laisser les membres du gouvernement et de la famille royale aux mains des Allemands, en France, les Allemands atteignent Vimy et progressent dans la vallée de la Scarpe. Il faut d’urgence engager la Xe armée du général Maud’huy tout juste formée.
A l’intérieur des terres, il est hors de question de modifier l’organisation de la scolarité, c’est pourquoi le ministère de l’Instruction publique recommande d’assurer les programmes comme si de rien n’était et de profiter du jour de la rentrée pour faire une grande leçon de patriotisme. Thomas Lipton qui a fait transformé son yacht en hôpital flottant envoie le bâtiment avec des médecins et infirmières au Havre. Parmi les soignantes, il y a la duchesse de Westminster.

Opex : renforcement des moyens aériens aux Emirats arabes unis

1 octobre 2014

Le Président de la République François Hollande a réuni le mercredi 1er octobre 2014 un conseil restreint de défense consacré à la lutte contre la menace que représentent le groupe Daesh et les groupes terroristes qui s’en réclament dans le périmètre méditerranéen et en Afrique. Des décisions sur lesquelles l’exécutif n’a pas communiqué ont été prises pour renforcer les moyens aériens française sur la BA 104 “Lieutenant-colonel Charles-Pijeaud” d’Al Dhafra ou stationne le 3/30 Lorraine. Trois Rafale devraient s’ajouter aux appareils déjà sur place. C’est en pointillés de ce que signifie le communiqué de l’Élysée : “La France poursuit son action en Irak, conformément à la demande des autorités irakiennes, afin d’affaiblir les mouvements armés terroristes présents sur le territoire et de permettre aux forces irakiennes de restaurer la stabilité et la sécurité dans le pays. Elle continuera de se mobiliser en étroite coordination avec l’ensemble de ses partenaires impliqués dans une coalition qui s’élargit. Le Président de la République a décidé du renforcement du dispositif militaire engagé”. Par ailleurs, le chef d’état-major de l’armée de l’air, le général d’armée aérienne Denis Mercier s’est rendu le dimanche 28 septembre 2014 sur la BA 104 et a prononcé devant les personnels une allocution forte qui a été reçue comme celle d’un grand chef.
Au cours de ce même conseil de défense, La France a réaffirmé son soutien : “par tout moyen à l’opposition démocratique en Syrie”.
Les mesures de protection du territoire ont été renforcées dans le cadre du plan Vigipirate.” Elles feront l’objet d’une évaluation constante et leur niveau sera adapté à l’évolution de la situation” a ajouté l’Elysée.

Grande Guerre : nouvel épisode de “L’ambulance 13″

1 octobre 2014

Afin de marquer les cent ans de l’Établissement central du matériel du service de santé des armées (ECMSSA), le Ravitaillement sanitaire et l’Association autour du Conservatoire des approvisionnements en produits de santé des armées (ACAPSA) souhaitent créer un folio sur l’ECMSSA qui serait publié dans le tome 5 de la BD « L’Ambulance 13 » dont la sortie est prévue en novembre 2014. Ce projet se concrétisera si 500 exemplaires sont réservés avant le 30 octobre 2014.
C’est pourquoi, au titre de ce numéro qui se veut exceptionnel pour le service de santé des armées, l’ACAPSA lance une souscription par laquelle il est possible de pré-réserver un ou plusieurs exemplaires.
Le prix est fixé à 13,20€ l’unité, les frais de livraison étant gratuits sur les grandes emprises du Service de santé des armées. Le règlement devra être joint à la pré-réservation – il ne sera pas encaissé et sera débité en fin d’année. Le bulletin de souscription et le chèque pourront être adressés à l’adresse indiquée sur le bulletin. Si le projet ne se concrétise pas (commande inférieure à 500 exemplaires ) le règlement serait retourné ».
L’intrigue de la bande dessinée « L’Ambulance 13 », dont le premier numéro avait déjà été édité en partenariat avec le SSA, se déroule pendant la Première Guerre Mondiale, au cœur des installations de campagne du service de santé.
Pour commander l’ouvrage : ACAPSA, site de Chanteau, TSA 20003, 45998-Fleury-les-Aubrais cedex.

1er octobre 1944 : de Gaulle s’adresse aux Lillois

1 octobre 2014

Le 30 septembre et le 1er octobre 1944, le général de Gaulle effectue un voyage dans le Nord et le Pas-de-Calais et il se rend en particulier à Lille, Lens et Arras. Le 13 septembre, le conseil des ministres a déjà adopté une majoration des salaires de 30 à 50 % selon les professions et les régions. Dans sa ville de naissance, le Général est attendu par une foule immense et son enthousiasme galvanise les gens : “La voilà donc libérée, la chère, la vieille ville de Lille, la voilà sortie de l’océan de souffrances et d’humiliation où elle a été plongée, sans avoir jamais rien perdu de sa fierté et de sa dignité sans avoir jamais, une seconde failli à l’espérance. Et maintenant que cette première chose est faite qui s’appelle la Libération, tous les Lillois et toutes les Lilloises regardent les réalités devant lesquelles il se trouvent car, n’est-ce pas, nous autres Lillois, ce sont les vérités que nous regardons en face, beaucoup plus que nous ne goûtons les formules”.
De Gaulle ne cache pas les difficultés et insiste sur les dévastations qui ont résulté de l’occupation et sur la façon dont l’ennemi a asséché certaines richesses : ” Nos chemins de fer étaient intacts, nos canaux navigables, nos ports magnifiques, nos usines tournaient rond. A présent, nos communications partout coupées, nos écluses sautées, nos ports inutilisables, nos usines sans matières premières, sans charbon et sans courant, nos mines sans poteaux de mine, voilà la situation matérielle dans laquelle notre peuple se trouve aujourd’hui sans se leurrer mais sans baisser la tête”.
C’est encore le moment choisi par le Général pour dire que la guerre n’est pas finie: “Qui le sait mieux que nous, gens du Nord, puisque l’ennemi est encore à Dunkerque, de même qu’il tient encore une grande partie de notre Lorraine, et qu’il a dans les mains toute notre Alsace, et puisque nous voulons aller, une fois de plus, au-delà du Rhin faire connaître aux Germains ce que sont les vieux Gaulois”.
De Gaulle affirme qu’il faut reconstruire la France mais qu’il y a des raisons d’espérer. Il trace des perspectives et explique comme il l’a déjà fait dans d’autres villes, les fondements de sa politique : ” Nous voulons que ce soit l’Etat qui conduise au profit de tous l’effort économique de la Nation toute entière et faire en sorte que devienne meilleure la vie de chaque Français et de chaque Française”.
Et d’ajouter :” Au point où nous en sommes, il n’est plus possible d’admettre ces concentrations d’intérêts que l’on appelle dans l’univers, les trusts, qui ont pu correspondre à une période donnée de la mise en valeur des ressources de la terre mais qui ne répondent plus aujourd’hui aux nécessités d’une organisation économique moderne de même que dans le passé, la féodalité militaire cessa de répondre aux nécessités de la défense, dès lors qu’il fallut se défendre sur le plan national et non plus sur le plan local”. Il va falloir un peu de temps pour y parvenir mais le Général souhaite que les Lillois comme tous les Français y participent avec conviction.

1er octobre 1944 : de Gaulle confiant dans le redressement économique

1 octobre 2014

De Gaulle fait du redressement économique de la France, la clé de sa présence parmi les plus grandes puissances du monde. Il faut retrouver de la croissance, créer de la richesse et de l’emploi.”C’est pour qu’en exploitant mieux, d’une manière plus efficace et plus ardente, tout ce que nous possédons sur cette terre, chacun de ceux qui peuplent la France et même son Empire puisse avoir une vie meilleure dans une plus grande dignité et dans la sécurité de son travail et de sa vie. Voilà notre tâche d’avenir, c’est cela que nous voulons bâtir au fur et à mesure que nous aurons vaincu l’ennemi sur notre sol, puis sur le sien, et que nous aurons renconstruit, pierre à pierre tout ce qu’il a détruit chez nous”.
Le Général tient à un dialogue de franchise avec tous ceux qui sont venus l’écouter : “Je vois bien que nous sommes d’accord. Comment en serions-nous surpris puisque c’est la même flamme qui nous a animés depuis la première minute du drame et qui nous animera demain dans l’immense tâche nationale que nous avions à accomplir?”
Avant de tirer cette leçon en forme de conclusion : ” Nous avons bien souffert. Nous avons bien été humiliés. Nous allons montrer au monde entier, nous allons nous montrer à nous-mêmes que cette souffrance et cette humiliation nous ne les avons pas éprouvées pour rien. Nous somme un grand peuple qui sait ce qu’il veut, qui sait ce qu’il va faire et qui se remet au travail”.
De Gaulle synthétise ainsi le fond de sa pensée : ” En un mot, Français et Françaises, une fois de plus dans notre longue et dure histoire, nous allons montrer que nous sommes la France”.