25 avril 1944 : le non finlandais

25 avril 2014

Le 25 avril 1944, les Alliés ont la confirmation que la veille, le gouvernement finlandais a refusé les dernières propositions présentées par l’Union soviétique. Le Kremlin envisage une paix régionale à condition que la Finlande rompe officiellement avec le IIIe Reich, qu’elle expulse les soldats allemands se trouvant encore sur son territoire et qu’elle accepte le retour aux frontières géographiques de 1940.
Les Soviétiques ajoutent comme condition le désarmement de l’armée finlandaise, 600 millions de dollars de dommages de guerre et de préjudice moral à payer en contre-valeur de marks dans un délai de cinq ans. Les autorités staliniennes réclament également la restitution urgente de la base de Petsamo ( Petchenga) pour conforter leur propre sécurité territoriale.

25 avril 1944 : les Américains renforcent leurs positions en Nouvelle-Guinée

25 avril 2014

En Nouvelle-Guinée, les Alliés accentuent leur pression à l’encontre des Japonais en favorisant le débarquement de nouvelles troupes, de matériels et du ravitaillement dans la baie d’ Humboldt qui est un espace très favorable pour accomplir cette mission. Le 186e réigment d’infanterie US progresse d’ailleurs dans ce secteur jusqu’à Nefaar, au-delà du lac de Sentani.
Dans la zone d’Aitape, des patrouiilles US se déplient à l’est vers Wewak et à l’ouest vers Hollandia. Les troupes australiennes poursuivent, pour leur part, leur avancée dans la péninsule de Huon et occupent Madang. Globalement les troupes nippones ne semblent pas en capacité de pouvoir s’opposer à une implantation massive des Alliés. En revanche, l’état-major s’attend à de fortes resistances dans les zones les moins accessibles.

Commémorations: Kader Arif sur tous les fronts

24 avril 2014

Dans le cadre du 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Indochine et de la bataille de Diên Biên Phu, le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants et à la mémoire, Kader Arif, se rend le samedi 26 avril 2014 à Fréjus dans le Var pour présider la cérémonie qui ouvre la semaine commémorative qui se déroulera jusqu’au 3 mai 2014. Ce temps du souvenir a lieu au « Mémorial des guerres en
Indochine » haut lieu de la mémoire nationale créé en 1993, en présence d’une centaine d’anciens
combattants. Par anticipation à cette semaine, une soiréé-conférence a été organisée à Reims autour du rôle de l’aviation de transport à Diên Biên Phu avec l’intervention du lieutenant Jack Coudert, commandant de la Légion d’honneur, croix des TOE avec six palmes. Il était l’invité du secteur 170 Marne-Ardennes de l’Association nationale des officiers de réserve de l’armée de l’air et de l’association Edmond Marin-la-Meslée qui porte le nom de l’As des as de la campagne de 1939-1940 et travaille sur l’histoire de l’aviation. Le vendredi 25 avril, une grande exposition sur la guerre d’Indochine est inaugurée à la mairie de Châlons-en-Champagne.
Kader Arif participe également à la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, le dimanche 27 avril 2014. Il se rend au Mémorial de la Shoah, avant une marche silencieuse jusqu’au Mémorial des Martyrs de la déportation sur l’île de la Cité. Si une cérémonie départementale a lieu dans les villes préfectures le dimanche matin, des communes comme Reims, Châlons-en-Champagne et d’autres organisent le samedi 26 à la nuit tombée des veillées de la déportation où sont évoquées des victimes mortes dans les camps de concentration et d’extermination nazie alors que les monuments sont éclairés par des torches portées par des représentants des différentes générations.
Dans le cadre de la préparation des commémorations de l’opération “Overlord”, le débarquement du 6 juin 1944, Kader Arif est attendu en Normandie, le mercredi30 avril, pour une réunion du comité de pilotage du soixante-dixième anniversaire du Débarquement à Caen, avant de visiter le site d’Ouistreham où se déroulera la cérémonie internationale en présence notamment du président des Etats-Unis Barack Obama, du président russe Poutine, de la reine Elizabeth II d’Angleterre et du président de la République française, François Hollande.

D Day : Carentan rend hommage au lieutenant-colonel Robert G. Cole

24 avril 2014

A l’occasion du soixante-dixième anniversaire du Débarquement, la Ville de Carentan comme elle s’y était engagée se dote d’un monument à la mémoire de ses libérateurs. Il a été installé le mercredi 23 avril 2014 au rond-point des Palmiers. La cité rend hommage à ses libérateurs en offrant un monument qui est dédié au lieutenant-colonel Robert G. Cole et à ses hommes, qui ont mené les combats décisifs et permis que les habitants de cette ville normande retrouvent la liberté en juin 1944.
Le monument a été créé et finalisé par le sculpteur Didier Poisson. Il est impressionnant puisqu’il mesure quatre mètres. Il a été installé au rond-point des Palmiers. Pour le découvrir les habitants comme les touristes devront encore patienter. Il ne sera dévoilé que lors de son inauguration qui est programmée le mercredi 4 juin 2014, quarante-huit heures avant la grande cérémonie internationale commémorant le Débarquement.

Débarquement : les 100 photos qui ont marqué le jour J

24 avril 2014

Le quotidien régional “Ouest-France” publie le quatrième numéro d’une collection unique de hors-séries consacrée au soixante-dixième anniversaire du Débarquement. A compter du jeudi 24 avril 2014, la rédaction propose un Hors-série document qui comprend cent photos qui ont marqué le jour J. Il s’agit de la réunion des images les plus significatives du Débarquement du 6 juin 1944 et de la bataille de Normandie, des préparatifs du D-Day à la déroute des troupes allemandes dans la poche de Falaise.
Ces photographies historiques témoignent de ce qu’ont été les premières semaines de la libération de l’Europe et de la violence de la bataille de Normandie : le Débarquement, les combats, les bombardements, les villes détruites et la joie de la liberté retrouvée. En effet, la libération n’est pas qu’une liesse populaire légitime, elle est ponctué de puissants bombardements et de combats d’une rare intensité avant que les Alliés parviennent à briser la ligne défensive mise en place par les troupes de la Wehrmacht. Toutes les particularités de cette période déterminante dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale se retrouvent dans ce numéro.
“100 photos qui ont marqué le jour J”, 100 pages, 6,90 €, chez les marchands de journaux dans la zone de diffusion du quotidien “Ouest-France” et sur la boutique web : http://boutique.ouestfrance.fr/

24 avril 1944 : les Américains avancent en Nouvelle-Guinée

24 avril 2014

Les Américains qui ont débarqué dans le secteur d’Hollandia en Nouvelle-Guinée le 22, progressent dans l’intérieur des terres le long de la ligne qui mène de Pim-lac vers Sentani. Les plages de Tanahmerah sont saturés par le matériel qui est alors livré. Pour éviter une surcharge, des bâtiments sont déroutés vers la baie de Humboldt. Un régiment atteint le village de Sabron. A la sortie, il se heurte à une résistance de l’ennemi qui paraît très organisée. Le commandement américain qui ne veut prendre aucun risque ordonne un repli sur Sabron qui doit être défendu systématiquement.
Les unités qui ont été déposées dans le secteur d’Aïtape occupent l’aérodrome de Tadji et avancent vers Hollandia afin de réussir une jonction avec le groupe principal des forces débarquées. Le 24 avril 1944, les régiments australiens progressent à l’ouest de la péninsule Huon et occupent madang qui a été évacuée en urgence par les Japonais. Dans la baie d’Humboldt, le 186e régiment d’infanterie américain gagne le rivage du lac de Santani. Les troupes qui ont débarqué près d’Ataïpe occupent les villages d’ Ataïpe et de Punta Rohn

Patrimoine de l’Unesco : les plages du Débarquement sur la liste française

23 avril 2014

L’information était attendue mais elle a été confirmée le mercredi 23 avril 2014. Le ministère de la Culture a inscrit le dossier de classement des plages du Débarquement sur la liste indicative des biens français qui devraient figurer au patrimoine de l’Unesco.
Le Comité des biens français du Patrimoine mondial avait donné un avis favorable en janvier dernier. Il a été suivi par la ministre de la Culture Aurélie Filippetti. Les plages du Débarquement sont mentionnées sur la liste indicative française des biens. Ce document est un inventaire des biens qu’un État à l’intention de présenter pour une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Il ne s’agit que d’une étape dans la procédure vers un éventuel classement qui prend nécessairement plusieurs années. Les sites concernés par ce dossier sont les cinq plages du Débarquement, Omaha, Utah, Gold, Juno, Sword, la Pointe du Hoc, la batterie de Longues-sur-Mer, le port artificiel d’Arromanches et des vestiges subaquatiques.

D Day : Thérèse-Bénédicte est arrivée à la cathédrale de Bayeux

23 avril 2014

Le mercredi 23 avril 2014, près de 1000 personnes ont assisté à l’arrivée de la nouvelle cloche de la cathédrale de Bayeux, baptisée Thérèse-Bénédicte. Après être partie de la fonderie Cornille-Havard, à Villedieu-les-Poêles, dans la Manche, elle a été livrée à Bayeux vers 10 h 15. L’opération très exigeante du déchargement de la cloche a été menée à bien par des experts dans des délais records. Thérèse Bénédicte est d’ores et déjà installée dans la nef de l’édifice religieux. La cloche est visible pour le public jusqu’à 23 heures. Dès 2& heures, elle aura été recouverte d’un voile confectionné par les dentellières de Bayeux. Elle sera dévoilée le samedi 26 avril 2014, à 10 heures, à l’occasion d’une célébration œcuménique, dans le cadre du Jamboree 2014, un rassemblement de 4 500 scouts américains. Thérèse-Bénédicte va bientôt sonner dans la cathédrale, ce que les Normands attendent depuis des décennies. Elle saura exprimer la joie de commémorer le Débarquement et la gravité lorsqu’il s’agira de se souvenir de tous les soldats tombés sur cette terre pour la libération de la France et pour la liberté des hommes.

Didier Bigorgne signe un livre sur Jean Jaurès dans les Ardennes

23 avril 2014

Alors qu’on célèbre le centenaire de la mort de Jean Jaurès et que le président de la République s’est rendu le mercredi 23 avril 2014 à Carmaux pour rendre hommage au tribun socialiste, tué par le Rémois Raoul Vilain le 31 juillet 1914 alors que la guerre semblait inévitable, l’Ardennais Didier Bigorgne publie chez Privat, dans la collection histoire, le 25 avril 2014, un ouvrage sur Jaurès dans les Ardennes. Les études sur Jean Jaurès sont nombreuses. On connaît la personnalité, la pensée, l’action et l’influence du journaliste et de l’homme politique tant sur le plan national qu’international. Rares sont les études régionales consacrées à Jean Jaurès, à l’exception de celles consacrées à son Sud-Ouest natal.
Avec son livre, l’Ardennais, Didier Bigorne insiste sur l’action de Jean Jaurès dans les Ardennes, “ce grand citoyen qui a marqué l’histoire de ce département”. En effet, Jaurès est resté dans la mémoire
collective des Ardennes ouvrières. Loin de son Tarn natal, le leader socialiste a laissé son empreinte au cours de ses visites dans le département.
L’auteur a construit son ouvrage autour des visites du tribun socialiste dans les Ardennes. Un premier chapitre est consacré à la Verrerie Ouvrière d’Albi : inauguration dans la ville industrielle de Nouzonville d’un dépôt de bouteilles de la V.O d’Albi (1898). L’occasion de revenir sur la solidarité de Jaurès avec les verriers de Carmaux, sur son soutien dans la lutte pour la défense de la Verrerie ouvrière. Le deuxième chapitre est consacré aux meetings tenus en 1899 pendant l’affaire Dreyfus.
L’auteur évoque: “”l’entrée en militance dreyfusiste des Ardennes socialistes”. Il aborde, dans le troisième chapitre, les Ardennes socialistes dans le courant jaurésien. Didier Bigorgne s’intéresse à la venue de Jean Jaurès dans les Ardennes comme témoin de moralité devant la cour d’assises dans une « affaire antimilitariste » en 1911. Le 4ème chapitre insiste sur les discours contre le militarisme et la guerre de Jaurès, comme lors de ses prises de parole à Sedan et Mézières, en novembre 1913, en faveur de ses idéaux : la paix et la solidarité. Les deux derniers chapitres sont consacrés à l’hommage à Jaurès rendu par les Ardennais et à son souvenir au fil du temps.
Suivre Jaurès dans les Ardennes, c’est donner vie à la relation privilégiée qu’il a entretenue avec une place forte militante et électorale du mouvement socialiste à mille kilomètres du Tarn.
Didier Bigorgne, “Jaurès dans les Ardennes”, Privat, 110 p., 12 euros.

La Turquie présente ses condoléances aux petits-enfants des Arméniens tués entre 1915 et 1917

23 avril 2014

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a présenté le mercredi 23 avril 2014 les condoléances de la Turquie “aux petits-enfants des Arméniens tués en 1915″ lors des massacres visant cette communauté sous l’empire ottoman alors que se déroulait la Première Guerre mondiale. Jamais un chef du gouvernement turc n’avait fait une telle déclaration d’apaisement. Dans un communiqué, Recep Tayyip Erdogan s’exprime pour la première fois de cette manière sur ce drame survenu entre 1915 et 1917, aux dernières années de l’Empire ottoman. Il est reconnu comme un génocide par de nombreux pays dont la France mais pas par la Turquie.
“Il est indiscutable que les dernières années de l’Empire ottoman ont été difficiles et ont engendré de nombreuses souffrances chez les Turcs, les Kurdes, les Arabes, les Arméniens, et des millions d’autres citoyens, quelques soient leurs religions ou origines ethniques”, affirme-t-il. Mais, estime-t-il, il ne devrait pas y avoir de “hiérarchisation des souffrances”. “Instrumentaliser les évènements de 1915 pour exprimer de l’hostilité envers la Turquie est inadmissible”, ajoute-t-il.
Si Recep Erdogan présente les condoléances de la Turquie aux descendants des Arméniens tués en 1915, il le fait également”pour tous les citoyens ottomans qui ont perdu leur vie dans des conditions similaires durant cette période”. Une manière de faire un pas dans la bonne direction mais sans perdre la face.