Un ouvrage synthétique et très illustré est consacré au services secrets de la France libre. Ce livre de Sébastien Albertelli est préfacé par Daniel Cordier, compagnon de la Libération et ancien secrétaire de Jean Moulin. Coédité par le ministère de la défense, le secrétariat général pour l’administration, la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, il explique la naissance du Bureau central de renseignement et d’action (BCRA) qui a été le nom donnés au services spéciaux de la France libre et résume son épopée dense d’actions et de sacrifices.

Expliquer quelque chose de compliqué clairement est bien la réussite de l’auteur qui recense les hommes et les femmes clés de cette institution, les missions qui ont été confiées au service et comment elles ont été préparées et exécutées. Le recueil des informations, l’organisation et l’exploitation du renseignement sont bien expliqués si bien qu’on comprend mieux pourquoi les activités clandestines en France ont pu se développer malgré une répression très structurée par l’occupant.

Dans son avant-propos, le préfet Erard Corbin de Mangoux, rappelle que le BCRA est la matrice de la Direction générale des services extérieurs (DGSE) d’aujourd’hui et qu’à ce titre il s’agit d’un service civil, rattaché au pouvoir politique et distinct des états-majors militaires. Il ajoute: ” Sans la coopération de partenaires étrangers comme l’Intelligence Service, le Special Operations Executive britanniques, l’office of Strategic Service américain, le BCRA n’aurait pu obtenir les résultats dont il s’est prévalu par la suite”.

Le premier chapitre est consacré au BCRA, au général de Gaulle et à la France libre et on découvre comment une petite équipe de gens qui n’étaient pas des spécialistes, est parvenue à constituer un service fonctionnel et efficace. On apprécie ensuite ce chapitre réservé au BCRA et ses relations avec les services alliés. On mesure que coopération n’exclut pas une volonté réciproque d’être le premier et le mieux informé. Les agents du BCRA ne se recrutent pas aussi facilement qu’on pourrait l’imaginer. On aimera les exemples donnés du travail accompli au cours de missions aussi redoutables que complexes.

Comment passe-t-on du renseignement à l’action? Les cas pratiques résumés et les photos choisies sont précieux pour comprendre à la fois les priorités fixées et le courage nécessaire pour agir car ces agents risquaient à tout moment leur vie. Le BCRA en action est un très bon moment de lecture.

Globalement, ce livre satisfait la curiosité de son lecteur et est à recommander pour les passionnés de la Seconde Guerre mondiale comme pour ceux qui aiment tout savoir du renseignement.

Sébastien Albertelli, “Les services secrets de la France Libre”, Nouveau monde éditions, 220 p., 35 euros.

Aucun Commentaire

Pas encore de commentaires

Répondre